Philippe Aubert de Gaspé

L’héritage remarquable d’un « ancien Canadien »

A0000-0003-034

Philippe Aubert de Gaspé, en écrivant Les anciens Canadiens et Mémoires, a voulu préserver de l’oubli des savoirs et des traditions de ses contemporains. Il a non seulement tracé un portrait des périodes précédant et suivant la Confédération, mais il a eu une influence incontestable auprès des générations qui lui ont succédé. L’auteur, ses œuvres et ses contemporains sont quelques-unes des thématiques présentées dans l’exposition.


Ce projet est financé en partie par le gouvernement du Canada.

A0000-0002-155

Cueillettes d’hier et d’aujourd’hui

Vie de quartier – Mémoires de la basse-ville de Québec

Souvenirs de table

A2015-0004-011

Le Musée de la mémoire vivante, grâce à de nombreux témoins, est heureux de vous présenter « Souvenirs de table » : une exposition sur les pratiques alimentaires d’hier et d’aujourd’hui.

Différents temps ont ponctué nos vies : des temps durs, des temps de fêtes et de célébrations auxquels se jouxtent les jours ordinaires. Hélas! Ces derniers sont bien souvent relégués aux oubliettes en raison de leur apparente banalité. Pourtant, ils possèdent une richesse indéniable.

Un parcours d’objets, de photographies et de témoignages a été dressé, telle une table, pour raviver votre mémoire. Invitation vous est faite de venir partager et joindre vos souvenirs à cette exposition.

Faites bénéficier la collectivité des savoirs dont vous êtes porteurs.

Les temps durs et de privation

Donnez-nous notre pain de demain

« La peur de manquer est au cœur de toutes les conduites alimentaires d’autrefois. Elle marque les cultures au plus profond. C’est le : donnez-nous notre pain de demain ».

Madeleine Ferrières

Les temps de festivités

Faisons bombance

« Sur les rondelles du poêle, les marmites chantaient [...] Vers le soir, sur les dressoirs de la laiterie, s'alignaient les corbeilles de beignets dorés, les croustillants pâtés au lard, les mokas glacés au chocolat. Des rôtis plantureux baignaient dans leur graisse [...] On avait devant soi assez de victuailles pour régaler cent convives. »

Clément Marchand, c. 1940, cité par Jean Provencher, Les Quatre saisons dans la vallée du Saint-Laurent

Les jours ordinaires

Traditions et modernité

« La bonne compagnie donne du goût à la nourriture. Elle favorise les discussions, le plaisir et peut transformer un simple repas en événement mémorable ».

Anonyme

Repas pris à l'extérieur

Hors du foyer

Des milliers de repas ont été consommés quotidiennement hors les murs de la maison par des écoliers, des travailleurs et des gens désireux de faire un pique-nique. Les jours d'abondance, de privation et de fête ont été décisifs quant au contenu et au contenant de ces repas.

« Chaque fois que j’ouvrais ma boîte à lunch pour dîner, j’avais une pensée pour celle qui l’avait préparée la veille. »