Un siècle de tourisme et de labeur dans les îles

Une nouvelle exposition temporaire au Musée de la mémoire vivante

La Société Duvetnor ltée prête au Musée cette exposition qu’elle a réalisée grâce à des dons d’archives familiales. Ainsi, une vingtaine de photos inédites des îles du Pot à l’Eau-de-Vie et du phare, ainsi que de l’île aux Lièvres sont présentées en grand format et portent une œuvre audacieuse de l’artiste peintre Danièle Lauzon.

Des commentaires audio accompagnent chacune des photos. Ces informations sont non seulement des mises en contexte, mais font découvrir mille et un petits détails témoignant de la vie de gardiens de phare, de bûcherons, de villégiateurs et attirent l’attention sur des détails : parfois un visage, tantôt un objet d’époque.

Des témoignages ont également été joints à l’exposition, dont celui de Lauréat, fils de Michel Castonguay qui a été propriétaire et exploitant forestier de l’île aux Lièvres et un autre de l’artiste décrivant son œuvre faisant partie intégrante de l’exposition.

Du 18 septembre 2016 à mai 2017

Cueillettes d’hier et d’aujourd’hui

Vie de quartier – Mémoires de la basse-ville de Québec

Souvenirs de table

A2015-0004-011

Le Musée de la mémoire vivante, grâce à de nombreux témoins, est heureux de vous présenter « Souvenirs de table » : une exposition sur les pratiques alimentaires d’hier et d’aujourd’hui.

Différents temps ont ponctué nos vies : des temps durs, des temps de fêtes et de célébrations auxquels se jouxtent les jours ordinaires. Hélas! Ces derniers sont bien souvent relégués aux oubliettes en raison de leur apparente banalité. Pourtant, ils possèdent une richesse indéniable.

Un parcours d’objets, de photographies et de témoignages a été dressé, telle une table, pour raviver votre mémoire. Invitation vous est faite de venir partager et joindre vos souvenirs à cette exposition.

Faites bénéficier la collectivité des savoirs dont vous êtes porteurs.

Les temps durs et de privation

Donnez-nous notre pain de demain

« La peur de manquer est au cœur de toutes les conduites alimentaires d’autrefois. Elle marque les cultures au plus profond. C’est le : donnez-nous notre pain de demain ».

Madeleine Ferrières

Les temps de festivités

Faisons bombance

« Sur les rondelles du poêle, les marmites chantaient [...] Vers le soir, sur les dressoirs de la laiterie, s'alignaient les corbeilles de beignets dorés, les croustillants pâtés au lard, les mokas glacés au chocolat. Des rôtis plantureux baignaient dans leur graisse [...] On avait devant soi assez de victuailles pour régaler cent convives. »

Clément Marchand, c. 1940, cité par Jean Provencher, Les Quatre saisons dans la vallée du Saint-Laurent

Les jours ordinaires

Traditions et modernité

« La bonne compagnie donne du goût à la nourriture. Elle favorise les discussions, le plaisir et peut transformer un simple repas en événement mémorable ».

Anonyme

Repas pris à l'extérieur

Hors du foyer

Des milliers de repas ont été consommés quotidiennement hors les murs de la maison par des écoliers, des travailleurs et des gens désireux de faire un pique-nique. Les jours d'abondance, de privation et de fête ont été décisifs quant au contenu et au contenant de ces repas.

« Chaque fois que j’ouvrais ma boîte à lunch pour dîner, j’avais une pensée pour celle qui l’avait préparée la veille. »

Monsieur Philippe nos hommages

Monsieur Philippe, nos hommages

2005-1-6

Philippe Aubert de Gaspé (1786-1871), cinquième et dernier seigneur de Saint-Jean-Port-Joli, est surtout connu pour avoir écrit le roman Les anciens Canadiens publié en 1863, ainsi que Mémoires édité en 1866. Par ses écrits, l'auteur raconte les us et coutumes de l'époque de la Conquête et de ses contemporains dans le but de léguer ses savoirs aux générations futures. Le Musée de la mémoire vivante est intimement lié à Philippe Aubert de Gaspé par ce désir commun de sauvegarder l'oralité.

M. Philippe, nos hommages est une salutation amicale que les gens de Saint-Jean-Port-Joli adressaient à leur seigneur usufruit. Le Musée de la mémoire vivante salue le plus célèbre des Aubert de Gaspé en lui dédiant une petite exposition.

Les premières éditions dédicacées des publications de Philippe Aubert de Gaspé, des rééditions, puis quelques rares objets personnels et familiaux sont offerts à la vue des visiteurs.