Conseil d'administration

Conseil d’administration de la Corporation Philippe-Aubert-de-Gaspé

Le Musée de la mémoire vivante est géré par la Corporation Philippe-Aubert-de-Gaspé. La Corporation est une personne morale dont les administrateurs bénévoles sont élus parmi et par ses membres ainsi que par les Amis du Musée.

Edwin Bourget, président

A0000-0002-031

Edwin Bourget a obtenu son baccalauréat ainsi qu’une maîtrise en biologie de l’Université Laval avant d’effectuer son doctorat à l’Université du Pays de Galles. Il débute sa carrière comme professeur-chercheur à INRS-océanologie en 1974. En 1976, il devient professeur au Département de biologie de la Faculté des sciences et de génie de l’Université Laval, où, entre autres, il dirige plus de 50 étudiants aux études supérieures et post-doctorales. En 1997, il est nommé directeur de son département. De 1998 à 2001, il occupe le poste de vice-doyen à la recherche à la Faculté des sciences et de génie de l’Université Laval.

Il a été vice-recteur à la recherche de l’Université de Sherbrooke de 2001 à 2007 et vice-recteur à la recherche et à la création de l’Université Laval de 2007 à 2010 et de 2015 à 2016. il a notamment conçu et mis en oeuvre le programme PAIR (100 chaires/100 millions $), qui a connu un immense succès.

Il est devenu, en 2012, professeur émérite de l’Université Laval et il a également été récipiendaire des prix Gérard-Parizeau (HEC Montréal) et Armand-Frappier (Prix du Québec). Il a été nommé membre de l’Ordre du Canada en 2017. Maintenant retraité du milieu universitaire, Monsieur Bourget est Conseiller scientifique auprès du Fonds de recherche du Québec – Nature et Technologies et il siège aux conseils d’administration de plusieurs organismes et agit comme mentor auprès d’entreprises technologiques émergentes.

Louise Bourgeois, vive-présidente

A0000-0002-238

Bachelière de l’Université Laval en sciences sociales (relations industrielles) et en pédagogie, Mme Bourgeois a travaillé près de 30 ans en gestion des ressources humaines dans différents ministères et organismes gouvernementaux. Elle a développé une expertise dans la gestion du changement et le développement des organisations. Au décès de son père en 2001, elle a consacré son énergie à la mise sur pied de la Fondation François Bourgeois et elle en dirige les activités depuis ce temps. Elle manifeste un vif intérêt pour l’action philanthropique ainsi que pour tout le domaine des arts et de la culture.

Pierre Morisset, secrétaire

A0000-0002-038

Biologiste et détenteur d’un doctorat en botanique de l’Université de Cambridge en Angleterre, M. Morisset a travaillé brièvement au Jardin botanique de Montréal et au Smithsonian Institution à Washington, avant de devenir professeur au Département de biologie de l’Université Laval, où il a donné des cours sur les mécanismes de l'évolution biologique et l’origine des espèces. Ses travaux de recherche ont porté surtout sur la systématique, la répartition et l’abondance des plantes occupant les milieux ouverts et exposés le long de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. Après le décès de Jacques Rousseau en 1970, il a complété son manuscrit inachevé « Voyage de Pehr Kalm au Canada en 1749 » (Cercle du Livre de France, 1977). Il s’intéresse à la perception de la flore et de la faune dans les relations de voyage au Canada aux 16e et 17e siècles. Il est aussi cosignataire du livre « Promenades dans les jardins anciens du Québec » (Boréal, 1996).

Yves Racine, trésorier

A0000-0002-037

Monsieur Racine cumule plus de 30 années d’expérience dans le développement et la commercialisation de produits spécialisés pour l’industrie électrique. Cofondateur de Cybectec Inc. au début des années 80, il a fait croître la compagnie jusqu’à ce qu’elle devienne une entreprise de classe mondiale vendant des produits d’automatisation de postes électriques à des utilités publiques et des multinationales sur les 5 continents. Il a vendu Cybectec en 2007. Il est un membre actif d’Anges Québec et travaille à la création d’un portefeuille privé d’investissements dans des entreprises en démarrage alliant des équipes de gestion supérieures et des produits à forte valeur ajoutée. Il est aussi actif dans le mentorat de jeunes entrepreneurs en participant à divers conseils d’administration et dans le soutien de diverses causes caritatives.

Gaston Bergeron, administrateur

A0000-0002-151

Docteur en lettres et linguistique, Gaston Bergeron a publié à l’Université Laval, avec Gaston Dulong, Le Parler populaire du Québec et de ses régions voisines - Atlas linguistique de l’Est du Canada et, avec Thomas Lavoie et Michelle Côté, Les Parlers français de Charlevoix, du Saguenay, du Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord, deux volumineuses études descriptives de la langue populaire traditionnelle. Ces deux publications ont tour à tour été honorées de la Médaille Luc-Lacourcière du Centre d’Études sur la langue, les arts et les traditions populaires en Amérique du Nord (CÉLAT). Sa carrière s’est poursuivie à l’Office québécois de la langue française de 1988 à 2012 à titre de linguiste consultant et de membre et secrétaire de plusieurs commissions de terminologie ministérielles (santé, fiscalité, droit). Il a participé en outre à divers travaux terminologiques et à la rédaction du Grand Dictionnaire terminologique de l’Office.

Jean-François Blanchette, administrateur

A0000-0002-229

Jean-François Blanchette détient un doctorat en anthropologie de l’université Brown, Providence (Rhode Island). Il a été conservateur au Musée canadien de l’histoire (autrefois le Musée canadien des civilisations) jusqu’à sa retraite en 2014, alors qu’il reçoit le titre de chercheur associé de cette institution. Depuis, il se consacre à l’histoire des sculpteurs Bourgault de Saint-Jean-Port-Joli et de leurs émules. Les témoignages des sculpteurs eux-mêmes sont au cœur de ses recherches, car ils apportent les éclaircissements essentiels à la compréhension de ce mouvement esthétique original de sculpture sur bois en taille directe qui a fait école et qui a conquis, non seulement le Québec, mais le Canada tout entier, les États-Unis, tout aussi bien que l’Europe et l’Asie.

Jean-François Blanchette est l’auteur du livre Du coq à l’âme, l’art populaire au Québec. Il est président de la Société québécoise d’ethnologie, membre du comité scientifique de l’Institut du patrimoine de l’UQAM, membre du comité d’acquisitions du Musée québécois de culture populaire ainsi que membre du comité consultatif de la Corporation Maison-Médard-Bourgault.

Jean-Louis Chouinard, administrateur et conseiller administratif

A0000-0002-009

Au terme d’études universitaires en physique et en électronique, il a fait carrière dans la câblodistribution. Il possède une grande expertise en télécommunication, domaine où il a innové et laissé sa marque. Ancien propriétaire de Câblodistribution de la Côte du Sud inc., président de Télécâble Charlevoix (1977) inc., et directeur général de Télédistribution Câblouis et Le Câble de Rivière-du-Loup, il est à l’aise avec l’organisation et la gestion de ressources humaines, le contrôle financier et la planification à court, moyen et long termes. Au cours de sa carrière, il a défendu à plus d’une reprise les intérêts généraux de la communauté auprès de hautes instances, telles que le CRTC (ex. maintien d’une télévision communautaire).

Il a présidé la Fondation du Cégep de La Pocatière pendant de nombreuses années. Il a aussi été actif dans le milieu culturel à titre de membre du conseil d’administration de Fleuve Espace Danse.

Dès l’élaboration du concept du Musée de la mémoire vivante en 2005, M. Chouinard a pris une part très active dans le projet. Il a été président du conseil d’administration jusqu’en 2014. Il a été directeur général bénévole à temps complet jusqu’en 2018. Il a reçu en 2010 le prix de la Personnalité touristique de l’année, lors des Grands Prix du tourisme de la Chaudière-Appalaches. Le prix distinctif pour l’engagement dans le secteur de la culture lui a été décerné lors du 15e gala Prix hommage Bénévolat-Québec 2012 du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale. En décembre 2016, il a reçu du gouverneur général la Médaille du souverain pour les bénévoles.

Judith Douville, administratrice et chargée de projet (bénévole)

A0000-0002-133

Mme Judith Douville a été adjointe à la direction d’entreprise pendant vingt ans. Par la suite, elle obtient un diplôme de l’Université Laval en horticulture, gestion des espaces verts et lutte intégrée. Elle s’est jointe bénévolement et à temps complet à l’équipe du Musée de la mémoire vivante dès le début du projet. Elle participe au choix et à la conception des expositions, de la recherche à la réalisation en salle. Elle fait la recherche sur les thèmes abordés dans les témoignages et effectue des entrevues avec les témoins. Elle anime les ateliers de formation sur les techniques d’enquêtes orales auprès des partenaires du Musée. Elle a conçu et réalisé pour le Musée virtuel du Canada trois expositions virtuelles, Le dernier pêcheur de marsouins, Émélie Chamard, femme d’avant-garde et La pêche à l’anguille sur la Côte-du-Sud. Elle planifie et dirige l’aménagement extérieur du site du Musée. Elle a produit une dizaine de publications et prononcé de nombreuses conférences. Elle s’est jointe aux administrateurs en mai 2017.

Louise Fortin, administratrice

A0000-0002-034

Infirmière clinicienne de profession depuis plus de quarante ans, Louise Fortin travaille en santé communautaire depuis le début des années 1980. Elle occupe le poste d'agente de promotion de saines habitudes de vie pour la MRC de L'Islet. Madame Fortin fait du bénévolat depuis son arrivée à Saint-Jean-Port-Joli en 1980. Jusqu'à tout récemment, elle fut présidente de la Fête des chants de marins. En 2007, elle a été nommée personnalité touristique de la Chaudière-Appalaches pour sa participation au développement touristique de sa région.

Employés / bénévoles

Marie-Ève Lord, directrice générale et conservatrice

A0000-0002-194

Diplômée du baccalauréat intégré en sciences historiques et études patrimoniales de l’Université Laval, Marie-Ève détient aussi un diplôme d’études supérieures spécialisées en muséologie de la même institution. Lors de ses études, elle s’est penchée sur la présence de la dimension sonore dans l’institution muséale, plus spécifiquement celle de l’objet-son. Son premier contact avec le Musée de la mémoire vivante remonte à 2011 lors de la première école d’été organisée par l’Institut du patrimoine culturel. Elle travaille ensuite à titre d’aide-médiatrice au Musée durant trois étés avant de joindre l’équipe en tant que médiatrice culturelle à l’automne 2016. Elle est ensuite nommée directrice générale adjointe et conservatrice à l’été 2017, puis directrice générale et conservatrice un an plus tard. Passionnée par les patrimoines culturels, Marie-Ève explore leurs multiples facettes et leurs secrets. Elle est entre autres fascinée par la chanson traditionnelle québécoise.

Myriam Gagné, conservatrice adjointe et médiatrice culturelle

A0000-0002-243

Détentrice d’un baccalauréat en histoire à l’Université de Sherbrooke, Myriam Gagné poursuit, depuis 2016, des études de deuxième cycle au sein du même établissement. Ses travaux de recherches portent sur l’histoire de la sexualité dans la deuxième moitié du XXe siècle, selon le point de vue des femmes habitant la région du Kamouraska. Les prémisses de son mémoire lui ont d’ailleurs valu l’obtention de la bourse d’excellence Lynda Bellalite. Comme elle préconise la méthodologie de l’histoire orale au sein de ses recherches, elle possède des outils pertinents pour la mission du musée, tels que : construire des guides d’entretiens semi-dirigés, mener des entretiens sur le terrain et analyser les divers contenus pour favoriser la transmission des mémoires individuelles et collectives aux générations futures.

Mélina Brochu, technicienne à l’enregistrement et au traitement des témoignages

A2011-0007-001

Mélina Brochu a joint l’équipe du Musée en 2009. Après avoir été bénévole pendant un été, elle est tombée en amour avec la mission du Musée et a décidé de s’y consacrer. Elle a acquis au fil des ans une expérience pertinente notamment en interprétation du patrimoine et pour la rencontre des témoins. À son expérience s’ajoutent les connaissances qu’elle est allée chercher dans le domaine de l’ethnologie à travers différents séminaires et cours universitaires. De plus, ses habiletés en informatique s’avèrent utiles au traitement des témoignages, étape essentielle pour la diffusion de la collection immatérielle.